Play

« Combien d’œufs notre machine traite-t-elle par heure ? Environ 250 000, du tri aux emballages », explique Martin Teunissen, directeur de la production chez Moba. L’entreprise de Barneveld est le leader mondial de la fabrication de machines à trier les œufs. Une finition parfaite des machines est un facteur crucial. « Les œufs ne doivent pas se casser. »

Le village de Barneveld est connu pour son aviculture. Il a donné son nom à la race de poulet Barnevelder, et avec son marché aux œufs hebdomadaire (où le cours national des œufs y est toujours déterminé) et le musée néerlandais de la volaille à proximité, ce village a une réputation bien méritée. Et oui, sur l’autoroute près de Barneveld, il y a même un énorme œuf dans la prairie. En 1947, c’est le terrain idéal pour que Job Mosterd crée une fabrique de machines à trier les œufs: MoBa (Mosterd Barneveld). Aujourd’hui, c’est une entreprise multinationale qui compte 800 employés.

Aujourd’hui, les trieuses d’œufs sont des solutions industrielles complètes, explique Martin Teunissen, responsable de la fabrication chez Moba. « Du tri à l’emballage », ajoute-t-il. Le modèle le plus récent, l’Omnia XF2, traite un quart de million de pièces par heure. L’œuf est prélevé sur un support, placé sur la machine, contrôlé individuellement pour détecter les cassures, le poids, la couleur et est ensuite emballé. Est-ce que les œufs peuvent être cassés ? « Non. Notre force réside dans le traitement d’un œuf d’une manière efficace, sûre, hygiénique et rapide. »

 

Un processus complet

Une grande partie des machines est constituée de tôles en acier inoxydable. « Chez Moba, nous avons notre propre département de fabrication, où nous découpons nous-mêmes les pièces en acier inoxydable et les pièces de structure en tôle. Parce que nous voulons fournir à nos clients des tôles parfaitement arrondies et sans direction, nous avons besoin d’une machine performante. C’est pourquoi nous avons deux 42 RB de Timesavers en flux, afin d’assurer une livraison parfaite et que nos clients ne se blessent pas sur nos tôles », explique Mr Teunissen.

Les machines ont été réglées pour fonctionner de la manière la plus efficace possible : il s’agit d’un processus continu, où les produits circulent sur la ligne. Plus besoin de passer de l’arrière de la machine à l’avant pour poursuivre le traitement de vos produits.

Le 42 RB est une machine à ébavurer polyvalente, qui est équipée en standard avec un tapis avec une bonne adhérence, avec vacuum, et peut être équipée d’unités supplémentaires,  jusqu’à 3 unités de bande ou brosses. Elle est dotée d’une unité de brosses multi-rotatives avec huit brosses qui ébavurent et arrondissent uniformément les bords du métal. Cela permet d’obtenir un rayon de 2 mm sur l’acier doux et encore plus sur des matériaux plus tendres comme l’aluminium.

Pour Moba, la durée de vie des brosses était très importante. Mr Teunissen explique  : « Combien coûte une heure de machine ? Quel est le coût total de possession ? Et combien de temps les brosses durent-elles ? Je me contenterais déjà de 1000 heures de machine par jeu de brosses. En fin de compte, il s’est avéré être de 3400 heures. Le coût total d’utilisation est donc très faible. Nous pensions devoir remplacer les bandes transporteuses tous les deux ans. La réalité est que les bandes transporteuses sont là depuis le début. Même après douze ans. »

 

La fête de Noël

Moba et Timesavers entretiennent une relation de longue date. Timesavers fournit l’entreprise de Barneveld depuis plus de vingt ans. « Les relations ont toujours été très bonnes. Ils nous offrent le meilleur service et répondent à toutes nos questions concernant la production. Nous constatons donc également qu’au fil des ans, leurs machines se sont développées en même temps que leur activité, notamment en fonction des souhaits du client. Par exemple, nous avons d’abord eu une machine à disques et une machine à rectifier de Timesavers. En 2009, nous avons demandé à Timesavers s’ils pouvaient nous aider à obtenir un meilleur arrondi de la tôle. Ils ont donc mis au point une ébavureuse qui utilise le principe de la brosse. »

« Moba a été l’un de mes premiers clients », raconte Peter de Regt, responsable des ventes de Timesavers aux Pays-Bas. « Ils possédaient une machine Grindingmaster – c’est ainsi que s’appelaient  autrefois Timesavers – et Moba voulait une meilleure solution. À l’époque, ils produisaient déjà 500 tonnes de tôles en acier inoxydable par an. Notre solution était une machine à disques. Une machine de travail humide avec un disque. Cette solution a bien fonctionné, mais après quelques années, les clients de Moba voulaient un arrondi des bords encore meilleur. »

Peter De Regt et Timesavers étaient en train  de travailler sur un prototype de machine à ébavurer, qui est désormais la machine 42 RB series. Lors de la fête de Noël 2008, les dirigeants de Moba sont venus assister à une démonstration à Goes chez Timesavers. « J’ai vu le sourire sur leurs lèvres et j’ai su que c’était bon. En septembre 2009, nous avons livré les deux premières machines. »

Passer de la méthode humide à la technologie des brosses est un grand pas pour de nombreux clients, Peter De Regt le sait. « Ils craignent la poussière. Et ils se demandent quel sera le coût des pièces à brosser. Nous ne le savions pas à l’époque, car il s’agissait des premières machines sur le marché. Pendant des années, je me suis donc rendu à Moba tous les mois pour mesurer les brosses. Il s’avère donc qu’elles durent facilement 3300 heures. Et les points d’usure sur le tapis ? La première machine a été utilisée pendant 20 000 heures et le tapis est toujours là. »

D’autres innovations sont-elles à venir ? « Les développements se poursuivent, car les clients sont de plus en plus exigeants. Vous devez atteindre un rayon plus rapidement, la puissance doit être plus faible, l’énergie doit être utilisée plus efficacement, la convivialité doit être améliorée. Et il s’avère que les clients aiment voir une machine au look moderne. Apparemment, le plaisir des yeux compte aussi. »

 

Fiabilité dans le temps

Harry van Beek est opérateur laser et chef d’équipe chez Moba depuis vingt ans. Il enlève les produits lasurés et les ébavure avec la machine Timesavers  serie 42 RB. Il connaît le processus précédant celui de la machine à ébavurer actuelle. « Cela semble aller automatiquement. Nous avons réglé la machine sur une épaisseur. Nous l’utilisons pour 3 mm, mais aussi pour 2, 1,5 et 1 mm. Cela fonctionne bien. Vous pouvez voir que le résultat est bon. Le numéro de produit avec lequel le client peut voir de quelle pièce il s’agit, reste visible, tandis que le reste de la tôle devient beau et lisse. C’est vraiment spécial. »

Mr Van Beek vérifie toujours les produits finis manuellement, pour détecter les bords tranchants. « La ponceuse humide que nous avions auparavant n’offrait pas des résultats aussi satisfaisants. La série 42 RB actuelle fonctionne parfaitement. Je pense que nous n’avons eu que quatre pannes en douze ans d’utilisation. Donc, pour être honnête, nous avons rarement des contacts avec Timesavers durant la production. Nous n’en avons tout simplement pas besoin. Nous remplaçons nous-mêmes les brosses rotatives, mais elles sont là depuis plus de deux ans maintenant. Le tapis est toujours le même. C’est une machine tellement durable, alors qu’elle  fonctionne huit heures par jour. En ce qui me concerne, c’est la plus belle machine que j’ai eue jusqu’à présent. »